Emploi : les grandes banques françaises recrutent en masse

0
2416
job

Quelles sont les banques qui recrutent ?

Si la Deutsche Bank, la Commerzbank, ABN Amro et ING suppriment des emplois, les banques françaises font le contraire : Elles recrutent. Et elles recrutent massivement. C’est ce qu’a fait connaitre Le Monde dans son édition du mardi 11 octobre. BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale comptent embaucher 8100 nouveaux salariés en 2017. Pas dans les différents pays dans lesquels elles sont installées. Mais seulement en France. Et c’est en contrat à durée indéterminée (CDI). S’y ajoute bien évidemment les contrats à durée déterminée et en alternance.

A lui seul, Crédit agricole prévoit le recrutement de 4000 CDI, la Société générale 2100 et la BNP Paribas 2000. Ce nombre total des recrutements prévisionnels peut atteindre les 12000 si le groupe Banque populaire Caisse d’épargne (BPCE), qui est en train de finaliser son plan 2017, maintient les embauches en CDI à leur niveau de 2016.

Quid des recrutements des banques françaises l’étranger ?

Le Crédit agricole mise, selon le même quotidien, sur l’embauche de 2500 nouveaux collaborateurs pour une longue durée. Quant à BNP Paribas, elle compte signer 17000 CDI en dehors de l’hexagone. Les banques cherchent surtout des titulaires de bac +2 à bac +5. Il s’agit notamment de commerciaux, d’ingénieurs, d’experts financiers, de spécialistes du numérique et du conseil, d’auditeurs, de chargés du contrôle des risques et de la conformité.

Quels enjeux pour les banques ?

Via ses recrutements de masse, les banques chercheraient à faire face à plusieurs enjeux.

  • Le premier est d’ordre réglementaire, à savoir la nécessité de se conformer aux nouvelles règles d’exercice de la profession qui sont coûteuses en capitaux propres.
  • Le deuxième d’ordre environnemental, vu que les banques opèrent actuellement dans un contexte défavorable des taux d’intérêt bas.
  • Et le troisième a trait au changement en cours dans le comportement des consommateurs. En effet, l’arrivée de cette nouvelle génération « habituée à tout gérer sur ordinateur, tablette et smartphones » commence à peser lourdement sur les réseaux bancaires. Ses besoins de «consommer» les services bancaires contraindront les établissements à modifier leurs organisations et leur gestion des ressources humaines. D’ailleurs, le nombre d’agences diminue de 1 à 2 % par an.
PARTAGER
Article précédentFinTech en Europe : ce qu’en pense la fondatrice de FinTech Circle
Prochain articleIntroduction en bourse de Snapchat en mars 2017
Redouane Chakir
Après des études poussées en Finance, Redouane Chakir a démarré sa carrière dans la presse économique et financière. ll est maintenant directeur général de l'agence de conseil en communication éditoriale et média-training "Edito Conseil" et Consultant/Formateur en entrepreneuriat et leadership auprès de plusieurs organisations internationales.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here