Immobilier – L’assurance emprunteur trop chère ? Résiliez-là !

0
127
assurance emprunteur

À partir du 1er mars 2017, les particuliers qui contractent des crédits peuvent résilier chaque année leur assurance-emprunteur. Ils peuvent ainsi changer leurs compagnies d’assurances. Ce qui n’est pas le cas des personnes ayant déjà des crédits immobiliers qui doivent attendre jusqu’au 1er janvier 2018.

Qui est l’auteur de cet amendement sur l’assurance emprunteur ?

Il s’agit là d’un amendement proposé par le sénateur Martial Bourquin (Parti Socialiste) au projet d’ordonnances relatif à la consommation et retenu à l’unanimité en commission mixte prioritaire (CMP) par les sénateurs et les députés, après une adoption similaire par l’Assemblée nationale le 26 janvier dernier.

L’auteur de cet amendement, Martial Bourquin, s’en réjouit. D’autant plus que cette mesure va favoriser le pouvoir d’achat des Français. Elle va leur permettre, explique-t-il, de gagner « entre 500 et 700 euros par an sur des contrats dont la durée peut aller jusqu’à 25 ans ». Martial Bourquin a aussi noté que sur « 100 euros de prime d’assurance versés par le consommateur, 50 euros en moyenne constituent des commissions et ne rémunèrent pas le risque ».

Quid de la Loi Hamon ?

Certes, depuis la loi Hamon de 2014, vous pouviez résilier votre assurance-emprunteur. Mais ce n’était possible que durant la première année qui suit la signature de l’offre de prêt. Désormais, vous pourrez effectuer ce changement chaque année à partir de la première date d’anniversaire de la souscription. Avec la nouvelle loi, il vous sera plus facile, notamment par l’intermédiaire des courtiers spécialisés, de faire jouer la concurrence et de diminuer le coût de votre crédit.

Un bénéfice pour les consommateurs

« Cette mesure constitue une véritable avancée pour les consommateurs. Elle leur garantit une réelle liberté de choix en matière d’assurance-emprunteur. Elle leur permet également de retrouver du pouvoir d’achat sur ce poste de dépenses », a déclaré Alain Montarant, président du groupe Macif.

Cette mesure, tant attendue par les consommateurs, tombe à point nommé

« L’année 2016 a été marquée par des taux particulièrement bas, mais désormais la tendance s’inverse et les conséquences sont déjà avérées », fait savoir Olivier Jourdan, directeur associé de Persona Courtage. Et d’ajouter : « Cette tendance risque de se confirmer ces prochains mois, voire de prendre de l’ampleur ». Selon lui, « lors d’un prêt immobilier, il ne faut pas regarder uniquement le taux d’intérêt». Le montant de l’assurance-emprunteur peut représenter une part très importante du crédit à rembourser.

REPONDRE