Crise des subprimes : Credit Suisse et Deutsche Bank passent à la caisse

0
165
justice américaine

Pour Credit Suisse, 5,28 milliards de dollars à payer

Tel est le montant que devra verser Credit Suisse aux Etats-Unis, selon un accord conclu entre la banque helvétique et la justice américaine. Colossal, ce montant est le dédommagement suite à son accusation d’avoir vendu des titres adossés à des emprunts hypothécaires dans le cadre de la crise des subprimes.

La banque a précisé dans un communiqué qu’elle a « conclu une entente de principe avec le ministère de la Justice (DoJ) américain relatif à son activité de créances hypothécaires résidentielles (RMBS) ; une entreprise principalement menée de 2005 à 2007 ».

Comment s’acquittera-elle de ce montant ? « Selon les termes du règlement, Credit Suisse devra payer une pénalité civile de 2,48 milliards de dollars. De plus, Credit Suisse devra accorder, au cours des cinq années suivant le règlement, des dédommagements aux consommateurs totalisant 2,8 milliards de dollars », lit-on dans le même document.

La banque helvétique a aussi souligné que cet accord « libère Credit Suisse d’une éventuelle procédure civile intentée par le DoJ en relation avec la titrisation, la souscription et l’émission de RMBS ». Cet accord doit être toutefois approuvé par le Conseil d’Administration de la banque.

Dans le but de couvrir ces paiements, la banque suisse compte constituer une provision supplémentaire de 2 milliards de dollars qui viendront renflouer les réserves déjà prévues à cet effet. Selon le même communiqué, ces 2 milliards seront comptabilisés au 4e trimestre 2016.

Deutsche Bank fait de même

L’accord de Credit Suisse avec le Doj n’est pas le seul. Deutsche Bank a de son côté aussi préféré conclure un accord avec les Etats-Unis pour son rôle dans la crise des subprimes. Ses pénalités s’élèvent à 7,2 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros) : 3 milliards correspondent à une amende civile et le reste du montant prendra la forme « d’allégements aux consommateurs », selon le communiqué de la banque allemande.

D’autres banques ?

Des deux établissements financiers suisse et allemand ne sont pas les seuls à avoir été dans le collimateur de la justice américaine. En effet, depuis que Barack Obama a réclamé des comptes au secteur bancaire après la crise de 2008, une enquête américaine a été ouverte en 2012. Une enquête qui a poussé d’autres banques à conclure des accords et passer à la caisse : JPMorgan Chase, Bank of America et Goldman Sachs.

A qui le tour ? Barclays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here