Un contrat d’assurance-vie aux caractéristiques profondément modifiées ?

1
595
assurance

 

Les députés socialistes, Karine Berger et Dominique Lefebvre, ont remis au ministre de l’Économie, leur rapport qui consistait à réfléchir sur les «moyens de dynamiser l’épargne financière des ménages pour financer l’investissement et la compétitivité».

 Il en résulte un certain nombre de propositions parmi lesquelles un contrat d’assurance-vie aux caractéristiques profondément modifiées. Ainsi, les ménages qui possèdent plus de 500.000 euros d’assurance-vie pourraient conserver les avantages fiscaux de l’assurance-vie sous réserve toutefois et désormais d’investir leurs fonds dans des contrats «euro-croissance» ou dans des contrats en unités de compte sur des durées supérieures à huit ans.

Ces deux types contrats devraient obligatoirement comporter des compartiments investis dans les entreprises de taille intermèdiaire et les PME, dans l’investissement à impact social et, le cas échéant, dans l’investissement immobilier intermédiaire collectif.

Les deux députés demandent également que les retraits avant quatre ans soient obligatoirement soumis au barème de l’impôt sur le revenu. Enfin, ils préconisent un allongement de la détention d’assurance-vie.

1 commentaire

  1. Cela forcerait les français à sortir un peu des fonds en euros, qui servent à financer à bon compte l’endettement de l’Europe, et ce pour un rendement modeste.

    Des fonds en UC, comme ceux gérés par BDL Capital Management, sont disponibles sur de nombreux contrats d’assurance-vie.
    Et sur le long-terme, ils sont généralement bien plus performant que les fonds en euros.

    Notez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here