Qui est André-Jacques Auberton-Hervé ? Sa biographie

    0
    6624

    André-Jacques Auberton-Hervé (AJ Auberton) est un dirigeant Français né le 2 novembre 1961. Il est le PDG du groupe Soitec, spécialisé dans la microelectronique.

    À 22 ans, AJ Auberton est diplômé de l’école Centrale de Lyon. Deux ans plus tard, il obtient un Doctorat de physique au sein du Leti, le laboratoire du CEA (Comissariat à l’Energie Atomique), où il débutera sa carrière.

    Pendant un peu moins d’une dizaine d’année, il sera en charge de programmes de recherche qui lui permettront d’appréhender le management de l’innovation et des transferts industriels. Une expérience qui lui servira quelques années plus tard.

    Au Leti, pour le groupe Thomson CSF par exemple, il participera au développement et au transfert de filières industrielles visant à produire des circuits intégrés à des fins militaires et spatiales.

    Au fil des ans, AJ Auberton a développé une véritable expertise en matière de Silicium sur Isolant (SOI), un matériau composite utilisé dans la production de circuits intégrés comme les transistors. À tel point, qu’en 1992, il quitte son poste au Leti pour fonder sa propre entreprise avec le concours d’un autre ingénieur, Jean-Michel Lamure.

    Avec Soitec, les deux hommes entendent industrialiser l’innovation que constitue le SOI. Une première ligne de production est ouverte dans la foulée.

    Dans les années qui suivent, AJ Auberton devient une sommité et cumule les récompenses. En 1999, l’année de l’introduction de Soitec au second marché d’Euronext Paris, il reçoit un Semi Awards, qui récompense son passé scientifique et industriel, puis le prix de l’Audace Créatrice en 2006, que lui remettra le Président Jacques Chirac. En 2007, au Sénat, ce sera le prix du Créateur d’entreprise, suivi, la même année du trophée de l’Entrepreneur Innovant. AJ Auberton devient également le membre influent de plusieurs institutions prestigieuses telles que l’ENSERG (Ecole Nationale Supérieure d’Electronique et de Radioélectricité de Grenoble), l’ANRT (Association Nationale de la Recherche Technique), ou encore l’IEEE (Institut of Electrical and Electronics Engineers, Inc).

    Au début des années 2000, grâce à l’indéniable capacité d’adaptation de sa technologie, Soitec parvient à devenir le fournisseur numéro un de l’industrie microélectronique, fournissant des matériaux répondant aux besoins de miniaturisation spécifiques de ses clients.

    Aujourd’hui, le groupe dispose d’une implantation internationale, grâce à un réseau composé de filiales et de bureaux aux Etats-Unis, en Europe, en Asie du sud-est, au Japon… Sur l’exercice 2009-2010, Soitec a réalisé un chiffre d’affaires proche des 210 millions d’euros.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here