C’est quoi une devise ?

Une devise est une unité monétaire. En remontant aux travaux du sociologue français Marcel Mauss, qui a mis en lumière dans son Essai sur le don l’importance de l’échange afin de favoriser la cohésion sociale, une devise peut être appréhendée comme un instrument destiné à faciliter l’échange, de marchandises ou de biens dans une société donnée.

Du troc, les sociétés sont progressivement passées à la création de monnaie afin de faciliter l’échange. Ainsi, chaque bien devait avoir une valeur monétaire qu’il s’agissait d’établir. Dans un premier temps, l’émission de devises était un peu anarchique, chaque royaume ou principauté ayant sa propre devise. Progressivement, la monnaie est passée sous le contrôle du roi puis, avec l’émergence des premières banques centrales, ce furent elles qui eurent le contrôle de l’émission de devises.

En économie, une devise a trois fonctions principales : c’est à la fois une unité de compte, un moyen de paiement et une unité de réserve. Ces trois fonctions sont essentielles pour le bon fonctionnement d’une économie. Une devise permet donc d’établir une valeur numéraire à un bien mais elle permet aussi d’acheter ce bien et c’est aussi une unité de réserve.

De nos jours, chaque pays possède sa propre devise. Une devise doit être reconnue. En d’autres termes, elle doit avoir la confiance des marchés et des usagers. Ainsi, en cas de crise économique, certains investisseurs et citoyens, n’ayant plus confiance dans leur devise, décident d’échanger cette devise contre une autre, généralement le dollar. Un phénomène similaire s’est produit en Russie en 1998 avec le rouble. De même, depuis début 2010, en raison de la forte dépréciation de la monnaie arménienne, de nombreux citoyens se sont rués dans les bureaux de change afin d’échanger leurs drams contre des dollars américains, contribuant ainsi à affaiblir encore plus la monnaie nationale.

La devise est également un élément de souveraineté important. L’effigie des rois ou de personnages importants de l’histoire d’un pays figurant sur les pièces de monnaie ou les billets rappelle que les devises sont aussi des outils de la souveraineté étatique. Ainsi, l’adoption de la monnaie unique européenne a soulevé de nombreuses critiques, notamment outre-Rhin, les allemands étant très attachés au Deutschemark et à sa stabilité. Similairement, les britanniques refusent d’entrer dans la zone euro car ils ne souhaitent pas abandonner cet élément important de souveraineté, et tout ce que cela implique (politique monétaire, taux d’intérêt etc…) à Francfort et à Bruxelles.

Pour autant, l’exemple de la zone euro a fait des émules dans le monde puisque les pays d’Amérique Centrale et les pays du Golfe persique envisagent aussi de lancer dans les prochaines années une monnaie unique. La devise est ainsi appréhendée comme un moyen de souligner l’unité d’une région mais aussi de se renforcer vis-à-vis des autres blocs économiques. Bien qu’avancés, ces projets ont pris beaucoup de retard, notamment dans le Golfe Persique, en raison de conflits entre les pays membres. A l’instar de l’exemple européen, l’émergence d’une monnaie unique dans ces régions devrait prendre certainement plusieurs décennies.

Enfin, le cours des devises est fixé sur le marché des changes, les devises fluctuant les unes par rapport aux autres. Chaque devise est représentée par un symbole : par exemple l’euro par €, le dollar par $ et la livre sterling par £.