Forex [FX]

    Le forex, ou Foreign exchange (FX), ou encore marché des changes, est le marché sur lequel s’échangent les devises du monde entier entre elles. Toutes les devises sont cotées les unes par rapport aux autres sous forme de parités.

    Ce marché est ouvert en continu toute la semaine, du dimanche soir jusqu’au vendredi soir. Les horaires d’ouverture et de fermeture varient pour les particuliers, selon le choix du broker par lequel il passe pour traiter. Les cotations continuent en banque, c’est pour cela que les gap d’ouverture sont si fréquents.

    Sur ce marché, il existe deux types de cotations : la cotation directe est le fait qu’il existe une cotation entre deux monnaies. C’est le cas des monnaies principales, tels que l’euro, le dollar ou encore le franc suisse. Ces monnaies sont au nombre de 8 et sont toutes cotées entre elles. Pour les autres, on parle de monnaie secondaire. Elles sont toutes reliées aux monnaie principales part une cotation directe. En revanche, un intervenant possédant une monnaie secondaire et voulant acheter une autre monnaie secondaire ne pourra le faire directement sauf exceptions. Il devra alors pour cela passer par une monnaie principale. Il achètera donc par exemple du dollar pour pouvoir par la suite acquérir la monnaie secondaire qu’il souhaite. Pour l’intervenant, cette opération est beaucoup plus coûteuse puisqu’il supporte deux fois le spread dans son opération.

    Le marché du forex est le deuxième plus gros marché en terme de volume global, derrière celui des taux d’intérêt. Une estimation en 2007 lui dévoile un volume de transaction journalier de l’ordre de 2500 milliards de dollars. Il est cependant difficile d’évaluer avec précision les volumes étant donné que le forex n’est pas un marché centralisé mais un marché de gré à gré. Les principaux intervenants sont des banques. Les intervenants pour les banques spécialisés sur le marché des changes sont appelés les cambistes. On estime que plus de 50% des transactions s’effectuent entre eux. Les autres intervenants sont des fonds, autres institutions ou des entreprises. Les nombreuses transactions en font le marché le plus liquide du monde.

    Les quatre devises les plus traitée étant le dollars (USD), l’euro (EUR), le yen (JPY) et la livre sterling (GPB). Ces transactions se font sous le régime des changes flottants, c’est à dire que c’est le marché qui détermine l’évolution du cours. Le pays peut néanmoins décider d’intervenir sur le marché pour défendre sa monnaie. La politique de change d’une monnaie est décidée par le pays. La méthode choisit influe énormément sur le comportement de la monnaie vis à vis des monnaies étrangères.

    Le deuxième régime de change est le régime de change lié. La parité avec les autres monnaies est alors délimitée dans des bandes qui ne peuvent être franchit. Les variations sont alors très faibles mais le pays peut décider de faire évoluer ces bandes à tout moment. Ainsi, le pays garde le contrôle sur sa monnaie. C’est le cas du régime de change chinois. La dernière politique de change est le régime de change fixe. C’est le cas des pays ayant une monnaie secondaire. On peut prendre l’exemple des pays d’Afrique ayant le Franc CFA. Son cours est fixé à celui de l’euro, c’est à dire qu’il évolue au gré des fluctuations de l’euro. Le franc CFA est donc indirectement soumis au marché puisque l’euro est soumis au régime de change flottant. Cependant, la parité entre l’euro et le franc CFA elle, sera fixe. Le marché des changes à plusieurs objectifs qui peuvent être la couverture, la spéculation ou l’arbitrage. La couverture consiste à prendre des positions inverses pour se couvrir des risques. Les entreprises y ont énormément recours. Prenons l’exemple d’une entreprise française qui signe un contrat de vente avec une entreprise américaine. Dans le contrat, il sera précisé que l’entreprise américaine paiera par exemple dans 90 jours le montant de la transaction en dollars à l’entreprise française. Sans le vouloir, l’entreprise française a pris une position de change. Cette dernière se retrouve alors en risque de change, la parité EUR/USD évoluant sans cesse. Elle peut donc décider de se couvrir en achetant de l’euro. Ainsi le gain réalisé sur l’euro viendra compenser la perte du à la baisse du dollar sur le montant de la transaction. A l’inverse, si le dollar monte durant les 90 jours, l’entreprise française réalisera un gain sur le montant de la transaction mais perdra sur les euros achetés. Ainsi, le risque de change est couvert presque en totalité. Cette opération de change à terme permet à l’entreprise de fixer dès la signature du contrat le cours qui sera applicable à l’échéance, c’est à dire à la réception du montant de la vente. Ce type d’opération semble simple mais il faut cependant avoir certaines connaissances indispensables. De nombreuses entreprises ne maîtrisent pas cette opération et certaines ont fait faillite à cause de cela. D’autres à l’opposé n’ont pas jugé nécessaire de se couvrir et ont perdu énormément aussi. Cette technique a cependant des inconvénients puisqu’elle ne permet pas de profiter d’une orientation favorable du cours. De plus, elle nécessite de connaître l’échéance ce qui n’est pas toujours le cas.

    Le deuxième objectif d’un intervenant sur le marché des changes peut être la spéculation. L’intervenant anticipe les mouvements du marché à la hausse ou à la baisse. Il utilise pour cela divers sources telles que Bloomberg ou Reuters qui vont lui donner les informations nécessaires à son trade. Le marché des changes réagit fortement aux divers indicateurs économiques. Toutes les devises étant cotées en parité, une nouvelle favorable au dollar (par exemple) se favorable à une hausse de toutes les parités USD/XXX et défavorable aux parités XXX/USD, selon que l’autre devise (XXX) fait paraitre ou non des chiffres économiques meilleurs. L’analyse technique se prête parfaitement au forex, bien que celui-ci soit un marché de tendance. Il faut connaître les résistances et les supports qui sont souvent des points d’entrée ou de sorties pour de nombreux intervenants qui placent des ordres sur ces seuils.

    Le forex attire les spéculateurs également par les possibilités de gain qu’il offre. En effet, l’effet de levier y est très important et il n’est pas nécessaire d’investir beaucoup pour gagner gros. Mais c’est cet effet de levier qui rend le forex dangereux financièrement : on peut doubler son capital très vite, mais aussi entièrement le perdre si l’on ne traite pas avec discipline.

    D’autre part, le forex est aujourd’hui un marché de plus en plus ouvert aux particuliers grâce aux nombreux brokers et market makers qui se livrent bataille sur les conditions de trading qu’ils offrent.

    Enfin, l’arbitrage lui consiste à tirer parti des décalages ponctuels de cours sur un même support. Seuls les institutionnels y recours. En effet, il faut investir des sommes importantes. Il faut également disposer d’outil puissant pour détecter et pricer les opérations d’arbitrages. Ces opérations peuvent se réaliser sur un seul marché, le spot, ou sur plusieurs marchés dans le cas par exemple d’un swap de change.

    Synonymes :
    Foreign exchange,Marché des changes
    « Retour à l'accueil du dictionnaire financier